Produits pratiques
Personnalisation ScooterProtection Pluie
Cadeaux Scooter
Décoration Design
Textile & Accessoires Mode
Nouveatés
Promotions
 
  Accueil Qui sommes nous ? Blog Contact    
Votre compte
Votre panierSite sécurisé par la Bred

dimanche 30 novembre 2008

Nouveau MP3 LT, une liberté ... mais à gérer avec modération

Ce n'est pas une surprise l'arrivée en novembre sur le marché français du MP3 LT accessible en 250cc et 400cc avec un simple permis de conduire sans besoin du permis moto est un énorme succès. Ce n'est pas un secret que le MP3 125 est lourd et manque un peu de pêche ... et l'accès à la puissance pour tous ... c'est attrayant.

Les listes d'attente chez les concessionnaires se rallongent chaque jour et les heureux élus de la première heure peuvent parader dans les rues ...

Mais et la sécurité dans tout ça ?

Depuis une dizaine d'années et la démocratisation du deux-roues en ville, l'augmentation des embouteillages, l'individualisme, on veut aller vite, on veut tout tout de suite ... le deux-roues se sont généralisés .

Conduire un deux roues et encore plus un trois roues n'est pas la même chose que le bon vieux "quatre roues". Si on a son permis voiture cela ne fait pas de nous des pros du deux-roues. Les réflexes sont différents, la conduite aussi, l'attention doit être encore plus acérée, et cela n'est pas forcément inné. Si à cela on ajoute la puissance de la cylindré... le risque est aussi en plus.

Moi je crie "Prudence, faisons attention !" Nous sommes fragiles, et encore plus sur un deux-roues. Je pense que les nouveaux conducteurs voire même les conducteurs occasionnels de deux roues devraient faire un stage de conduite. Cela ne prend pas beaucoup de temps mais donne un réel savoir, une expérience utile et.

A ce sujet, je vous recommande l'école Monneret chez qui il existe trois niveaux de formation :

- Découverte : Prise en mains de votre MP3 LT

- Perfectionnement : Bien connaître votre MP3 LT

- Circulation : Conduite en circulation de votre MP3 LT

Je vous y encourage, j'y retourne d'ailleurs moi-même au printemps...

mercredi 12 novembre 2008

De l'utilité d'être gentille ... rendre service ou se mêler de ses affaires ?

Dimanche dernier, près des Champs-Elysées j'ai trouvé un scooter garé avec les clés dessus (comprenant celle de l'antivol). Le conducteur les avait oublié ... Si vous êtes vous-même conducteur de deux-roues, cela vous est surement arrivé une fois au moins.

Pour éviter qu'on ne vole le scooter (sport assez courant dans la capitale) je décide de bloquer le guidon, de prendre les clés et de laisser un mot sur le scooter expliquant mon geste, laissant mon numéro de téléphone pour que le propriétaire puisse récupérer ses clés en toute sécurité.

Vers 19h soit deux heures et demi plus tard, le téléphone sonne, un numéro masqué : "Bonjour je suis le propriétaire du scooter". Je me présente et lui explique la raison de mon geste. Il me répond que ce scooter ne peut pas être volé car c'est un scooter électrique. Il est en effet possible qu'il y ait un code de démarrage mais je lui dis que je n'en savais rien et je m'en excuse. Il me demande où je me trouve pour récupérer ses clés.

Son ton change, il devient impatient : "Le 2ème ? mais ça ne m'arrange pas du tout, j'ai besoin de mon scooter tout de suite, je dois ramener mon fils. Ce que vous avez fait me complique énormément les choses". Je lui dis à nouveau que je suis désolée et que mon geste n'avait pour but que de rendre service et non l'inverse.

"Vous pouvez me ramener les clés là ?" demande t'il. Je lui réponds que ce soir ce n'est pas possible, que je peux éventuellement passer le lendemain les déposer. Son ton devient un peu plus agressif : "Oui mais c'est vous qui les avez prises ! J'ai besoin de mon scooter immédiatement vous comprendrez que c'est mon outil de travail. Ce que vous avez fait me cause un vrai problème. Pourquoi avez vous pris ces clés je ne vous ai rien demandé !?"

Je lui réponds de nouveau que je ne cherchais pas à créer des problème mais uniquement à rendre service et que la prochaine fois je me garderais bien de le refaire vu sa réaction. Il finit par me dire, d'un ton tout aussi déplaisant qu'il va envoyer quelqu'un les chercher et me demande l'adresse. Je l'entends dire à une tierce personne : "tu vas prendre un taxi et chercher les clés" et la personne lui répond "Pas question que j'aille au fin fond du 2ème pour ton scooter, tu n'as qu'à y aller toi en ramenant ton fils". Il s'énerve aussitôt et hurle "Mais qu'elle emmerdeuse celle-la !" puis me raccroche au nez. Je suis restée pantoise devant mon téléphone. Je ne sais pas si l'insulte m'était adressée mais je viens de me faire raccrocher au nez violemment par quelqu'un à qui je voulais rendre service ...

Mais l'histoire ne s'arrête pas là ...

Dix minutes plus tard, le numéro masqué rappelle, la voix s'est calmée : "Je suis en bas de chez vous, en taxi" je réponds "je descends" et je raccroche, je n'ai plus envie d'être aimable.

Après un autre échange téléphonique (car le taxi a eu du mal à trouver l'adresse, le pauvre il en a eu lui aussi pour son compte d'après ce que j'ai entendu ...) j'ai de nouveau eu droit à des reproches. Cette fois je l'arrête net et lui dis " On va s'arrêter là Monsieur, vous m'avez déjà insulté une fois, dépêchez-vous d'arriver que je vous donne les clés et qu'on s'arrête là". Il répond vociférant "je ne vous ai pas insulté, c'est vous qui m'avez volé mes clés !" puis raccroche.

Quelques secondes plus tard le taxi s'arrête au coin, la vitre du passager est baissée. Je m'approche, tends les clés. Quelle surprise, cette personne n'est autre qu'un journaliste bien connu de la télé française ! Est-ce ce qu'il s'imagine que cela lui donne le droit de traiter les gens avec mépris ?

Il prend les clés et sort le même refrain de reproches l'air toujours aussi antipathique. Je lui réponds : "Vous savez Monsieur, la politesse est quelque chose qui s'apprend ..." il me coupe la parole et vocifère : "Vous n'êtes qu'une emmerdeuse, vous m'avez pris mes clés !"

Cette fois je craque et réponds "C'est vous l'emmerdeur !" Il rétorque : "Vous êtes une voleuse de clés, ce que vous avez fait est répréhensible par la loi je devrais me plaindre à la police" et il somme au taxi de démarrer. Je donne deux tapes sur la vitre arrière en disant : "C'est vous l'emmerdeur !"

Il aura finalement le mot hurlement de la fin: "Espèce de Connaassssee !"

Son récent licenciement d'un prime-time bien convoité a peut-être favorisé son excès ... mais peu importe.

Moralité : à vouloir rendre service on n'est pas toujours récompensé et voulant bien faire on se fait insulter ... La prochaine fois j'y réfléchirai à deux fois, cela dit j'aurais été reconnaissante qu'on le fasse pour moi ....

Et vous, qu'en pensez-vous ?